Bruit

Je no Art vu Liewensraum an Dageszäit ginn et Kaméidisgrenzwäerter op Basis vun deenen Aktiounspläng fir Stroossen-, Zuch- a Fluchkaméidi ausgeschafft goufen. Esou kann den Ëmgang mat dëse Geräischer geréiert an säin Impakt beim Bierger reduzéiert ginn.

Le bruit environnemental est une nuisance pour l’homme et les animaux qui peut avoir un impact négatif sur la vie quotidienne à l'école ou au travail, à domicile ou pendant le temps de récréation.

Au Grand-Duché, le bruit environnemental est causé principalement par le trafic routier, ferroviaire et aérien, mais aussi par les chantiers de construction, les industries ou l’utilisation de machines du voisinage.

Face à la grande panoplie des sources d’émissions, il est important de surveiller la propagation du bruit et d'adopter des mesures de prévention et de protection du bruit environnemental.

L'impact du bruit varie selon l'endroit où on se trouve par rapport à la/aux source(s) (extérieur, intérieur de bâtiments), la proximité des différentes sources (p.ex. routes, aéroport, station de train) et la présence de mesures anti-bruit y compris l'isolation acoustique des habitations. Les mesures de prévention et de limitation doivent donc s'adapter en fonction de ces critères.

Etat des lieux du bruit

Les effets du bruit environnemental sur l'être humain peuvent être de nature physique et/ou psychique.  Ils peuvent aller d'une simple nuisance vers une réduction de la performance au travail jusqu'à la perturbation du sommeil, l'augmentation du risque de maladies cardio-vasculaires et le déficit auditif.

La perception du bruit varie en fonction du moment de la journée, du lieu où on se trouve et aussi de la personne même. Ainsi les effets du bruit varient selon les mêmes facteurs. On distingue dans la législation nationale entre le jour qui dure 12 heures (7 à 19 heures), la soirée qui dure 4 heures (19 à 23 heures) et la nuit qui dure 8 heures (23 à 7 heures).

Des valeurs limites sont établies au Luxembourg, adaptées à l’endroit et au moment de la journée où le bruit est apercu.

Les mesures principales contre le bruit environnemental au Luxembourg

L’Administration de l’environnement mesure le niveau sonore provenant des différentes sources de bruit, elle établit la « cartographie stratégique du bruit » et des « plans d’action contre le bruit ». Elle évalue les incidences de projets planifiés sur l’environnement et assure la gestion des plaintes et des autorisations en matière de bruit environnemental pour le trafic routier, ferroviaire et aérien.

Afin de déterminer la classe de l’établissement classé, l’Administration de l’environnement doit pouvoir évaluer les incidences sur l’environnement (EIE), dont aussi les émissions de bruit. A titre exemplaire, pour des bureaux, il faut indiquer toute source de bruit fixe des installations de ventilation rayonnant vers l'extérieur ainsi que la puissance, les caractéristiques, les spécifications des intermittences  et les conditions de ce bruit.

De plus, les communes ont généralement fixé plusieurs dispositions concernant le bruit dans leurs règlements communaux. Ces règlements peuvent contenir des dispositions plus strictes que celles de la règlementation nationale.

Un isolement acoustique des façades, l’installation de fenêtres à triple vitrage ou l’isolation des toitures et plafonds peuvent garantir une réduction sensible des nuisances sonores à l’intérieur des bâtiments.

Toutes ces mesures visent à éviter ou à prévenir les nuisances sonores ou encore à limiter l’impact du bruit environnemental sur le citoyen.

Dernière mise à jour