Le cadastre des biotopes du milieu forestier

Dans le cadre du Plan National de Protection de la Nature, le Conseil de Gouvernement décida que la politique de la protection de la nature nécessite des moyens pour quantifier l’état de conservation des habitats et des espèces, notamment ceux visés par les directives 2009/147/CE et 92/43/CEE, pour s’autoévaluer et démontrer que les mesures mises en œuvre pour la conservation de la nature portent leurs fruits.

 

Concrètement le Plan National de Protection de la Nature prévoit l’élaboration et la mise en œuvre d’un système national de monitoring de la biodiversité. Un premier inventaire du milieu ouvert, en vue de la constitution d’un cadastre national de biotopes à protéger et préserver prioritairement, a été réalisé entre 2007 et 2012 pour le compte du Ministère de l’Environnement.

 

En ce qui concerne le volet forestier une première cartographie des habitats forestiers avait été réalisée entre 1992 et 2000 sous la régie du Ministère de l’Environnement et de l’Administration de la nature et des forêts. Cette cartographie phytosociologique des végétations forestières comprend la répartition, la surface et la distribution de la plupart des habitats de l’annexe I de la directive « Habitats » et constitue une base importante pour la nouvelle cartographie des biotopes forestiers.

 

 

Le concept de monitoring des biotopes forestiers a été élaboré en collaboration avec la Forstliche Versuchs- und Forschungsanstalt Baden-Württemberg (FVA), le Département de l’Environnement du MDDI et d’Administration de la nature et des forêts. Cette méthodologie se base sur la méthodologie utilisée pour le relevé des milieux ouverts dans le sens qu’elle définit pour chaque biotope protégé de l’article 17 de la loi modifiée du 19 janvier 2004 les paramètres à relever ainsi que la méthode d’évaluation de l’état de conservation de ces biotopes forestiers.

 

Tout comme pour le milieu ouvert un tel cadastre national constitue une base de planification importante dans le cadre de l’évaluation des propositions relatives aux plans d’aménagements forestiers ainsi que des plans de gestion Natura 2000.

 

Les biotopes forestiers relevés sont notamment:

  • les hêtraies à mélique uniflore,
  • les hêtraies à luzule blanche,
  • les chênaies-charmaies,
  • les forêts comportant plus de 50% de feuillues,
  • les forêts alluviales,
  • les forêts de ravin,
  • les tourbières boisées,
  • les lisières forestières,
  • les mardelles,
  • les sources,
  • les ruisseaux,
  • les rochers…

 

La liste complète des biotopes forestiers cartographiés se trouve dans le guide méthodologique de la cartographie des biotopes forestiers .

 

La durée globale de ce projet s’étire sur une période de 6 ans, c.à d. que chaque année 15-20 % de la superficie forestière luxembourgeoise sera inventorié, de façon à ce qu’en 2020 le Luxembourg dispose d’une cartographie complète des biotopes forestiers. Ce monitoring est réalisé sur le terrain par des bureaux d'études sous contrat direct avec le Ministère du Développement durable et des Infrastructures. La coordination des travaux de terrain est assurée par l’Administration de la nature et des forêts ainsi que la Forstliche Versuchs- und Forschungsanstalt Baden-Württemberg (FVA).

 

Pour toutes informations complémentaires à cet inventaire vous pouvez vous adresser au Service des forêts de l’Administration de la nature et des forêts (402 201-544).

Dernière mise à jour