Les cartes de bruit

La cartographie stratégique du bruit fournit un inventaire de l’environnement sonore autour des sources pertinentes couvertes par la directive 2002/49/EC.

Cet inventaire inclut les sources suivantes :

  • grands axes routiers (de plus de 3 millions de passages de véhicules par an),
  • grands axes ferroviaires (de plus de 30.000 passages de trains par an),
  • l’aéroport (de plus de 50.000 mouvements par an), et
  • l’agglomération de Luxembourg (de plus de 100.000 habitants).

L’objectif principal de la cartographie est d’évaluer la pollution sonore afin de prévenir, de réduire ou de limiter l’impact du bruit environnemental sur le citoyen. La cartographie stratégique sert de base à l’identification des zones prioritaires de gestion du bruit, et à la préservation des zones calmes potentielles.

Zones prioritaires de gestion du bruit

Cette cartographie reprend les « points noirs » en termes de bruit environnemental sur le territoire du Luxembourg. Ces zones prioritaires peuvent résulter du dépassement des valeurs limites ou de l’application d’autres critères pertinents, tels que le nombre de personnes exposées ou la présence de bâtiments sensibles (écoles, hôpitaux, etc.).

Les cartes des zones prioritaires pour la gestion du bruit ferroviaire et routier sont disponibles dans les plans d’action contre le bruit ainsi que sur le Geoportail national (thème : environnement).

Zones calmes potentielles

L’objectif de l’identification des zones calmes potentielles est d’obtenir des zones dans les régions densément peuplées ainsi que dans les régions de pleine nature où les personnes en quête de détente et de loisirs peuvent passer leur temps le plus possible à l’abri du bruit.

Au Luxembourg, l’identification de zones calmes potentielles se fait dans le cadre de la directive 2002/49/EC. Cette identification distingue entre trois types de zones calmes potentielles:

  • les zones rurales calmes potentielles : de grands espaces ouverts cohérents d’importance nationale ayant une fonction récréative élevée, par exemple pour de longues promenades sans interruption dans des espaces bruyants ;
  • les zones urbaines calmes potentielles : des zones urbaines relativement grandes, situées dans la ville ou à proximité de celle-ci, d’importance régionale au moins, avec une fonction récréative élevée et une valeur importante pour compenser les zones urbaines bruyantes et densément peuplées, par exemple pour de longues promenades avec seulement des intersections limitées et isolées par des espaces bruyants ;
  • des oasis urbaines potentiellement calmes : des espaces verts et ouverts accessibles au public, bien conçus et offrant une qualité de séjour élevée, à proximité des lieux de résidence et de travail, par exemple pour de courtes promenades depuis le domicile ou le bureau.

Les cartes des zones calmes potentielles sont disponibles sur le Geoportail national (thème : environnement) et le portail Open Data à des fins d’évaluation environnementale stratégique.

 

Dernière mise à jour