Réseaux de mesures

Différents réseaux de mesures permettent la surveillance et l'évaluation de la qualité de l'air au niveau national respectivement au niveau local.

Les polluants sont soit mesurés en temps réel (réseau télémétrique), soit en temps différé. Dans le dernier cas, les concentrations sont mesurées à l’aide de techniques d’échantillonnage avec analyse au laboratoire, dont notamment:

  • Les retombées de poussières et les métaux lourds
  • Les poussières fines et les polluants y associés (métaux lourds, benzo(a)pyrène)
  • Les métaux lourds et les polluants organiques mesurés par biosurveillance

Réseau de télécontrôle de la qualité de l'air

Le réseau automatique de télécontrôle de la qualité de l'air est constitué de stations de mesures fixes et amovibles à travers le Luxembourg. Ces stations se trouvent aussi bien en milieu rural qu’urbain ou semi-urbain et elles sont opérationnelles au Luxembourg depuis 1988.

Le réseau mesure en permanence la qualité de l’air et suit l’évolution des niveaux des principaux polluants, dont notamment les oxydes d’azote, les oxydes de soufre, l’ozone et les particules fines. Ce système permet d’alerter la population en cas de dépassement d’une valeur limite pour le polluant en question.

 

Réseau de biosurveillance autour des sites industriels importants

Le réseau de biosurveillance mesure la bioaccumulation de polluants organiques et de métaux lourds transportés et déposés par l’air sur certains types de plantes.

A l’aide d’indicateurs biologiques, on évalue l’accumulation de polluants organiques toxiques émis entre autres par des installations industrielles importantes et qui constituent des sources d’émissions à surveiller.

Réseaux non-télémétriques

Les réseaux non-télémétriques représentent les réseaux de mesure où un échantillon est prélevé sur le terrain et puis analysé en laboratoire. Au Luxembourg, l'Administration de l'environnement a mis en place plusieurs réseaux:

  • le réseau des retombées de poussière (Bergerhoff)
  • le réseau de mesure sur filtres (PM10 et PM2,5  et métaux lourds)
  • le réseau des mesures sur tubes passifs (NO2)
  • le réseau de collecte des eaux de pluies
Dernière mise à jour