Milieu urbain

Les espaces verts en milieu urbain tendent à apporter un peu de nature en ville tout en apportant des services écosystémiques précieux. Ils constituent un espace de détente bénéfique à la santé humaine où la biodiversité peut se développer. En accordant suffisamment d’espaces à ces milieux, le cadre de vie de nos villes sera meilleur grâce à un enrichissement de la biodiversité tant floristique que faunistique limitant les pollutions de l’air, de l’eau mais aussi du sol.

Aménagements

Trottoirs :

L’aménagement des trottoirs devrait s’inspirer des références historiques avec une discontinuité moins nette entre la végétation et la chaussée. En effet, autrefois recouvert de concassé et plus tard de pavés non posés dans le béton, l’espace alloué à la végétation et au développement de la biodiversité est aujourd’hui souvent très restreint par les matériaux de construction devenus imperméables. Représentant un espace considérable, des trottoirs végétalisés apporteront une biodiversité importante en ville et participeront à son intégration dans le paysage.

Entretien : pas d’arrachage mécanique, pas de pesticide, transitions fluides, substrat perméable


Parkings écologiques :

L’aménagement d’un parking écologique devrait contrairement aux parkings conventionnels toujours entrainer une valorisation environnementale d’un site, en créant des avantages à la fois paysagers et écologiques. Il s’agit en effet d’une surface qui comporte de nombreux biotopes, l’emplacement régulier des arbres et leur couronne se rejoignant après quelques années donneront au parking une allure de verger ce qui permettra à cette aménagement de répondre aux attentes de la société tout en diminuant son impact sur l’environnement.

Les zones de verdure et de circulation sont réalisées dans un même substrat, et elles ne sont pas délimitées par des bordures mais par des transitions fluides. Les arbres sont plantés directement dans ce substrat et forment avec le temps un toit de couronnes, soustrayant à la vue des voitures.

Zones de verdure étendues :

Les zones de verdure étendues sont des espaces verts aménagées le plus souvent à des fins récréatives, elles sont dépourvues d’ouvrages techniques et caractérisées par des dimensions suffisamment grandes, de sorte que la végétation peut évoluer librement sans compromettre la sécurité routière et le bon fonctionnement des infrastructures techniques. Ces zones permettent l’installation de la végétation par succession naturelle tout en améliorant le cadre de vie de la population.

Entretien : extensif, par un fauchage extensif et différencié, pas d’élagage des arbres ni des haies, il n’y a pas de ramassage des feuilles en automne ni d’épandage d’herbicides dans son entretien.
 

 

L’aménagement des bassins de rétention :

Ce sont des bassins végétalisés qui permettent de stocker une grande quantité d’eau de pluie, en vue de la restituer progressivement à son milieu. Ils exercent ainsi des fonctions en matière de protection contre les crues et d’épuration des eaux polluées, mais il peut en même temps aboutir à une valorisation du paysage environnant et offrir des possibilités récréatives aux habitants des agglomérations avoisinantes. Ces bassins peuvent revêtir diverses formes telles qu’étang, zone marécageuse ou espace vert pouvant se charger en eau occasionnellement.

Entretien : afin d’assurer les fonctions techniques du bassin de rétention, un curage périodique peut s’avérer nécessaire tous les 5 à 10 ans. Il faut effectuer un fauchage des zones enherbées seulement une à deux fois par an, en fauchage tardif hors des périodes de reproduction et de floraison/ fructification (mi-août à mars). La pente des bassins de rétention nécessite un entretien si elle n’est plus douce pour maintenir l’accès au public et une meilleure intégration au paysage.

Murs et toits végétalisés :

Tous les murs, même ceux en maçonnerie conventionnelle, peuvent se couvrir spontanément de végétation naturelle.  Celle-ci peut s’installer dans les interstices entre les pierres d’un mur en maçonnerie sèche, mais aussi dans les fentes du mortier d’un mur en maçonnerie conventionnelle, au sommet d’un mur, ou au pied d’un mur sous la forme d’une bande herbacée. Les murs peuvent accueillir une végétation importante, constituant des habitats pour des animaux et les insectes, comme par exemple le Lézard des murailles.

Entretien : Pour conserver cette végétation et ces habitats, il suffit de renoncer à certaines formes d’entretien, et notamment de :

  • renoncer aux herbicides pour détruire la bande herbacée au pied d’un mur,
  • renoncer au traitement avec de l’eau sous pression.
  • renoncer au nettoyage manuel des fissures d’un mur,
  • renoncer à l’enlèvement trop fréquent de la matière organique qui, avec le temps, s’accumule au pied du mur,
  • renoncer aux réparations trop fréquentes (conservation de petites fentes aussi longtemps qu’elles ne portent pas préjudice véritable à la stabilité du mur).
Les toits végétalisés demandent quant à eux une structure solide pour maintenir le poids du sol et de la végétation mais apportent de forts avantages en créant un microclimat et en réduisant la température au sein des villes. Ces toitures en plus d’isoler le bâtiment phoniquement et thermiquement, captent les pollens et les polluants tout en renouvelant l’air. Ils constituent également des habitats de substitution pour la faune et la flore sauvage et participe à l’intégration paysagère des villes dans la nature.
Entretien : les coûts d’entretien et surcoûts de construction sont faibles, en comparaison des services rendus, particulièrement pour les terrasses plantées en extensif qui ne nécessitent qu’un nettoyage annuel des écoulements, aucun arrosage et un entretien très réduit

Projets

  • Aménagement écologique au Findel
  • Aménagement écologique au Kirchberg

Entretien

Le fauchage différentiel :

Il   peut   s’avérer   intéressant   de   favoriser   la   juxtaposition de surfaces à intensités de fauchage différentes.  Ainsi est-il par exemple possible de faucher une « bande de propreté » le long du trottoir sur une largeur de 50 centimètres (coupée deux fois par an, lorsque le reste de l’espace vert est fauché moins souvent), ou de prévoir des petites plages fauchées une fois tous les deux à cinq ans en-dessous des arbres situés dans une pelouse ou prairie à herbes courtes. Il résulte de cette juxtaposition de formes de végétation une valorisation esthétique et une augmentation de la biodiversité.
 

Le développement des plantes à fleurs :

Le plus souvent, le fauchage favorise la croissance des graminées au dépend de celle des plantes à fleurs. En effet, la plupart des graminées supportent mieux la coupe (et le broutage par les animaux) que les autres plantes. Par ailleurs, les graminées poussent souvent plus vite et atteignent des hauteurs plus grandes que les plantes à fleurs. Plus on fauche, plus la fraction de la végétation herbacée constituée de graminées peut s’avérer importante. Voilà pourquoi la réduction de l’intensité du fauchage peut contribuer à modifier la composition de la végétation herbacée : la fraction des graminées pouvant diminuer et celle des plantes à fleurs augmenter. L’augmentation de la fraction des plantes à fleurs par rapport à celle des graminées génère le plus souvent une valorisation écologique de la végétation herbacée.

Dernière mise à jour